Blogs

Les publications dans nos blogs n'engagent que leur auteur. BIEN-Suisse offre cette possibilité d'expression à des auteurs indépendants qui souhaitent s'exprimer sur les thèmes reliés au Revenu de base. Elle se réserve le droit de supprimer, sans avoir à se justifier, toute parution qui s'éloignerait notablement de cette thématique ou qui ne respecterait par nos conditions d'utilisation. Pour vous aussi vous exprimer, il suffit de vous créer un compte d'utilisateur et de commencer à publier. Bienvenue !

Les femmes à la maison avec un RBI… sérieusement??!

Rubrique:

Oui... certains prétendent que le RBI ramènerait bobonne au fourneau. [+]

Le Conseil fédéral dit non ? Votons oui !

Rubrique:

Image Allocution

Allégations fédérales et mises aux points

Voici mes réponses aux allégations et conclusions du Conseiller fédéral Alain Berset qui recommande le non à l'initiative. [+]

Le revenu de base inconditionnel est une réponse logique à l’évolution de l’économie

Rubrique:

Big data, machine apprenante, digitalisation, open source, autant d’évolutions qui menacent le travail même très qualifié. Le chômage augmente, la facture sociale explose alors qu’il y a de moins en moins de travailleurs pour la payer et que la croissance économique est en berne. L’évolution en cours sonne le glas d’une économie et d’une protection sociale fondées sur l’emploi.

Aujourd’hui déjà, le salaire n’est plus corrélé à l’utilité réelle du travail. Seuls 40% de la population touche un revenu de son travail. Le reste exerce l’activité aussi nécessaire à la production de richesse, mais non payée, comme s’occuper des proches, se former, travailler bénévolement, développer la culture ou l’art. Au XXIe siècle, il est obsolète de considérer le travail payé comme seule source de revenu, d’intégration sociale et de valeur humaine.

Technologie de la 4e révolution industrielle

Réponse logique

POURQUOI ET POURQUOI FAIRE UNE ALLOCATION UNIVERSELLE INCONDITIONELLE A VIE-GENERATION RENAISSANCE CITOYENNE

Rubrique:
13.10.2015

Sortir de la servitude salariale,d'un travail obligé,souvent mal payé,qui est en quelques sorte un esclavage caché,parfois non déclaré,l'ésclavagisme avec différents degrés de perception,montre et démontre cette exploitation post industriel du 21 ème siècle,c'est pouquoi les peuples doivent prendre leur destin en main eux même,et se forger de grés ou de force,une gouvernance participative démocratique,à tous les niveaux de décision,dans le but petit à petit de former un gouvernement mondial. [+]

POURQUOI ET POURQUOI FAIRE UNE ALLOCATION UNIVERSELLE INCONDITIONELLE A VIE-GENERATION RENAISSANCE CITOYENNE

Rubrique:
13.10.2015

Sortir de la servitude salariale,d'un travail obligé,souvent mal payé,qui est en quelques sorte un esclavage caché,parfois non déclaré,l'ésclavagisme avec différents degrés de perception,montre et démontre cette exploitation post industriel du 21 ème siècle,c'est pouquoi les peuples doivent prendre leur destin en main eux même,et se forger de grés ou de force,une gouvernance participative démocratique,à tous les niveaux de décision,dans le but petit à petit de former un gouvernement mondial. [+]

La question de l'après-travail est une question brûlante...

Rubrique:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le débat arrive enfin dans les médias suisses! J'écoutais hier Sergio Rossi et Samuel Bendahan débattre sur la RTS de l'initiative "Pour un revenu de base Inconditionnel" sur laquelle votera le peuple suisse prochainement. Voici quelques réflexions à chaud. Je vous laisse écouter l'émission (le lien est à la fin de l'article), et moi je vais surtout me pencher sur certains points de désaccord que j'ai avec Samuel Bendahan et tenter de les élucider.​

 

Je dirais que Samuel Bendahan n'est pas assez visionnaire. Il pense l’initiative dans le cadre du contexte actuel sans prendre en compte l’évolution de notre économie, la diminution de l'emploi à venir et les effets dynamiques de cette diminution. Pour lui, le revenu de base est un luxe et personne en Suisse n'a réellement besoin de ce revenu de base (ce qui serait déjà en soi discutable)… Si je suis le raisonnement, la Suisse sera un éternel ilot de prospérité sans plus de chômage qu'aujourd'hui. Pourtant on voit partout que l'automatisation et la robotisation suppriment des emplois en masse, jusque dans notre administration cantonale et fédérale grâce à la cyberadministration. Les personnes qui sont et seront à l'avenir les plus touchées par ces évolutions technologiques sont les personnes les moins formées, les métiers les plus appelés à disparaître étant les moins spécialisés. Dans un article du Temps publié en août 2014, on nous dit que "L’écart de revenu entre les travailleurs qualifiés, dont le travail ne peut être automatisé, et tous les autres s’élargira. C’est une recette pour l’instabilité", prévient de son côté Tom Standage, rédacteur en chef digital de The Economist. Erosion des couches moyennes, création d’une «sous-classe» vouée au chômage permanent: «A quoi servent les gens dans un monde qui n’a pas besoin de leur force de travail, et où seule une minorité est nécessaire pour guider une économie fondée sur les robots?» se demande Stowe Boyd."

 

Cette question de "l'après travail" devient une question brûlante dans de nombreux pays, d'où la réflexion très concrète du gouvernement finlandais dans cette direction, la mise en place d'une expérimentation à Utrecht en Hollande dès l’automne et le débat qui resurgit un peu partout dans le monde, dans les milieux politiques de tous bords et au coeur de la vie citoyenne. Poser la question de l’introduction d’un revenu de base inconditionnel, c’est refuser de continuer de regarder les choses par le petit bout de la lorgnette comme on le fait encore très souvent dans les médias et les discours politiques. Certaines questions périmées ne proposent pas de vision d’avenir : «  comment faire pour soutenir ou relancer la croissance ? », « comment créer des emplois ? » « comment diminuer les dépenses publiques ? » et suggèrent que le modèle actuel est juste un petit peu ralenti et qu’une dose du bon stimulant (mais lequel précisément… on l’ignore) pourrait lui redonner sa pleine prestance et un rythme idéal. Poser la question de l’introduction d’un revenu de base, c’est interroger notre modèle de société pour l’avenir et notre vision du « comment on continue ». 

Le revenu de base n’est pas une petite réponse, il fait peur, peut-être surtout parce qu’il nous met face à l’impermanence des choses et de nos modèles économiques que l’on aimerait tant considérer comme certains, immuables et rassurants. 

[+]

On a tous un ami fromager...

Rubrique:

Vous aussi vous avez un ami fromager ? Demain sera il remplacé par un robot lui aussi ? Voilà la réponse. Et voilà pourquoi c'est une nouvelle très réjouissante.

Le revenu de base, quelle universalité?

Rubrique:

C'était sympa de participer dans le public à cet Infrarouge sur la "Hausse de l'aide sociale : Inéluctable?" Les discussions à l'issue de l'émission furent passionnantes et évidemment autour du revenu de base.

 

Le revenu de base, impossible en Suisse?

Certaines objections concernant l'universalité me donnent envie de répondre : "l'idée du revenu de base est bonne, c'est une belle utopie, mais elle n'a de sens qu'à un niveau mondial". Ok, on n'est pas rendu… La justification de ce point de vue?
- Le revenu de base engendrera un problème d'immigration évident s'il n'est instauré que dans certains pays… Appel d'air, on appelle ça, ce qui bien évidemment n'arrivera pas si tout le monde touche un revenu de base chez lui! CQFD
- C'est un droit humain et, comme nous sommes tous des êtres humains, il est normal que chacun y ait droit, donc il faut l'instaurer partout. [+]

Le revenu de base et les enfants

Maintenant que l'initiative pour un revenu de base inconditionnel a été déposée, il convient de répondre aux nombreuses objections qui ont été avancées à son égard.

L'une d'elles concerne le cas des enfants : quel revenu de base faut-il attribuer aux enfants et selon quelles modalités ? [+]

Syndiquer le contenu
randomness