Initiative fédérale pour un revenu de base

Initiative populaire fédérale pour un revenu de base inconditionnel

L'information essentielle sur l'initiative et le revenu de base :

Site de la campagne suisse
Site web de la campagne suisse pour la votation sur le revenu de base inconditionnel

Pour approfondir ou soutenir la campagne en Romandie :

Site de Génération-RBI
Site web de Génération-RBI, le réseau romand.

Autres liens

Le revenu de base inconditionnel, en bref, en vidéo, en détail

C’est une allocation universelle d’un montant suffisant pour couvrir les besoins essentiels, que tout citoyen reçoit de toute façon, sans formalités ni conditions.

Le revenu de base accorde à chaque personne légalement établie dans le pays le droit à une existence économique digne. Nul ne pourra plus être dans la précarité ni marginalisé parce qu’il n’a pas un revenu suffisant.

Puisque tout le monde le reçoit, ce n'est pas une prestation sociale.

Comme tout le monde le reçoit, personne ne peut être stigmatisé, ni culpabilisé. C'est une différence fondamentale avec les systèmes de protection sociale actuels.

Il remplace les prestations sociales actuelles jusqu’à hauteur de son montant.

Il n’est plus nécessaire de demander une prestation sociale lorsque que nous ne pouvons trouver un travail ou que notre activité n’est pas rémunérée. Le revenu de base est inconditionnel et se substitue à l'assurance chômage, l’aide social, l’AI, l’AVS, etc., jusqu’à concurrence de son montant. Les besoins en sus resteront couverts de la même manière que maintenant.

Il s’impose dans une économie qui ne peut plus garantir le plein emploi.

Le chômage est devenu une conséquence systémique de la rationalisation et de la recherche de profit des entreprises. Il frappe déjà particulièrement les jeunes, les moins jeunes ou les profils moins compatibles avec le marché de l’emploi. Dans ce contexte, les mesures de réinsertion ne peuvent représenter de véritables solutions. Le revenu de base lui permet un partage intelligent du travail, en donnant la liberté aux uns de travailler moins, et aux autres qui le souhaitent de simplement travailler, ou de travailler plus.

Il permet à l’homme de valoriser son plein potentiel créatif.

Les progrès industriels nous ont promis de largement libérer l’homme de la contrainte du travail. Le revenu de base, en accordant à chacun la sécurité économique, réalise cette promesse en donnant à chacun le choix entre une activité plus lucrative ou plus créative (artisanat, art, recherche, relations humaines, etc.).

Il est discuté dans le monde entier et soutenu par différents réseaux et personnalités.

Tout au long de l'histoire, et cela d’un bout à l’autre du spectre politique, de nombreuses personnalités se sont prononcées en sa faveur ou pour un type d'allocation similaire. Citons par exemple le prix Nobel de l'économie Milton Friedmann (impôt négatif) ou le philosophe André Gorz (allocation universelle). Aujourd’hui, certains modèles de revenu de base existent déjà (Iran, Alaska), sont en phase d'introduction (Brésil) ou en discussion à l'échelon gouvernemental (Inde, Allemagne).

Il peut être financé.

Un revenu de base peut être financé par le transfert du montant économisé sur les prestations sociales et du montant économisé par les entreprises avec la réduction de leurs charges salariales, assorti d’un impôt complémentaire qui devrait épargner les revenus modestes.

En bref, en video, en détail

(Version courte)
En bref, en video, en detail

Le revenu de base inconditionnel (RBI) est un versement mensuel par une caisse publique, à chaque individu, d'une somme d'argent suffisante pour couvrir les besoins de base et permettre la participation à la vie sociale, comme une rente à vie. C’est la concrétisation d’un droit humain fondamental.

L’idée est soutenue de longue date par de nombreuses personnalités, de tous horizons politiques, de toutes confessions et de toutes nationalités. Elle est connue sous des appellations diverses : allocation universelle, revenu d’existence, revenu citoyen, revenu universel, revenu social garanti, dividende universel, revenu de vie, etc.

Le revenu de base n’est pas une prestation sociale et ne doit pas être confondu avec le salaire minimum, l’assurance chômage, l’aide sociale ou toute autre prestation attribuée de manière conditionnelle. Le revenu de base, lui, est automatique, inconditionnel et inaliénable. Il concerne tout le monde, riches ou pauvres. Il est attribué à chaque individu, de la naissance à la mort. Son montant est suffisant pour garantir à chacun une existence décente – quoi qu’il arrive. Il est cumulable avec les autres revenus (salariés ou non).

Le revenu de base est donc :

  • versé aux individus et non aux foyers (ménages)
  • cumulable avec les autres revenus
  • versé sans qu’il y ait exigence d’effectuer ou d’accepter un travail
  • d’un montant suffisant pour couvrir les besoins de base et permettre la participation à la vie sociale.

Le revenu de base rend la justice sociale compatible avec l’efficacité économique. C’est le principe de solidarité le plus libéral que l’on puisse imaginer : il permet d’assurer l’existence individuelle et la cohésion sociale, sans les rigidités de l’interventionnisme et les lourdeurs de la bureaucratie. Plusieurs variantes sont discutées concernant sa mise en pratique. Le revenu de base ne se situe pas d’un côté de l’échiquier politique : il trouve des soutiens et rencontre des réserves d’un côté comme de l’autre des frontières politiques traditionnelles.

Découpler activité professionnelle et revenu, une nécessité

Ni l’emploi salarié, ni les revenus du capital, ni les prestations sociales actuelles ne peuvent prétendre désormais garantir le droit à l’existence de chacun tel que défini à l’article 25 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

De par son inconditionnalité, le revenu de base brise la chaîne qui fait dépendre la couverture des besoins vitaux de l’accomplissement d’un travail rémunéré. Ce découplage partiel entre emploi et revenu est nécessaire en raison de la disparition des emplois stables traditionnels. Le chômage et la précarité sont en majeure partie la conséquence d’une dynamique de rationalisation et d’automatisation qui rend l’objectif du retour au plein emploi caduc — du moins sous les conditions que nous avons connues durant 50 ans après la seconde guerre mondiale. La flexibilité de l’organisation des entreprises modernes entraîne actuellement une instabilité croissante de l’emploi rémunéré. En Suisse, en raison de la très forte compétitivité du pays, le taux de chômage reste relativement bas et l’importance des emplois précaires pour l’instant limitée. Néanmoins, il serait illusoire de considérer la Suisse comme une île coupée du reste du monde.

Dans ces conditions, qui travaillera encore ?

Dans la grande majorité des cas, la jouissance du revenu de base n’incitera pas les gens à quitter leur emploi, notamment parce que son montant ne suffira pas à couvrir tous leurs désirs de consommation.

Rappelons que le montant du RBI envisagé est de Fr. 2'500.- par mois seulement. Le salaire minimum réclamé par les syndicats est de Fr. 4'000.- Le salaire médian est de Fr. 6'200.-

D'autre part, de nombreux travaux utiles et nécessaires contribuent à la production de richesses, mais ne sont pas rémunérés - famille, bénévolat, associations etc.

Loin d’être un encouragement à la paresse, le revenu de base permettra à chacun, dans la mesure de ses capacités et de son désir, de s’engager de manière sereine, libre et responsable, dans des travaux essentiels pour l’intérêt général que les emplois traditionnels n’ont pas vocation à assumer. Le travail est toujours d’actualité et sa tâche est immense. Il est plus que jamais nécessaire que chacun puisse travailler, d’abord à prendre soin de lui-même, de ses parents, de ses enfants et de ses proches, travailler ensuite pour contribuer aux biens communs accessibles à tous (connaissances, arts, culture, logiciels, etc.), travailler enfin à inventer et à mettre en œuvre à toutes les échelles les moyens qui permettront de léguer une planète vivable aux générations futures.

Le revenu de base change aussi la donne pour les personnes aujourd’hui bénéficiaires de prestations sociales soumises à condition de ressources, ou de rentes d'invalidité. Le revenu de base est en effet cumulable avec la rémunération du travail qui garde ainsi toute son attractivité financière. Le retour à une activité lucrative n’est plus pénalisé par le risque de perdre une prestation sociale quelconque.

Pour quel salaire ?

Le revenu de base change le caractère du marché du travail. Pour la première fois dans l’histoire économique et sociale, le salaire direct versé par l’employeur n’a plus besoin de couvrir les besoins élémentaires de l’existence, puisque ce besoin est désormais couvert par le revenu de base. Pour la même raison, en dotant le demandeur d’emploi d’une assise matérielle suffisante, le revenu de base lui rend sa liberté contractuelle et donne enfin au marché du travail le caractère d’un vrai marché. C’est avant tout dans la zone des bas salaires, lors de la négociation, que le revenu de base renforce la position de demandeurs d’emploi ayant désormais la possibilité de refuser une offre qu’ils jugent insuffisante (ce qui entraînera une revalorisation de ces emplois). Pour l’entreprise, l’instauration du revenu de base inconditionnel n’apporte pas de bouleversements : Selon les modèles de financement retenus, soit la masse salariale restera en gros la même (dans ce cas, la contribution à la caisse du RBI sera prélevé directement et uniquement sur les salaires), soit, si c’est l’entreprise comme telle qui est taxée, la diminution relative de la masse salariale au sens strict (salaires nets) sera compensée par la contribution de l’entreprise au financement du revenu de base. Mais quel que soit le cas de figure, le montant du revenu total du salarié ne changera pas (sauf dans le cas indiqué plus haut). Enfin, dans une certaine mesure, la nouvelle liberté contractuelle du salarié vient légitimer celle de son employeur et lui permet de mieux adapter ses besoins en personnel à la marche de son affaire.

La valeur éthique du travail

On aurait tort de limiter la valeur du travail à sa valeur marchande, comme cela se passe aujourd’hui de manière croissante. Après la disparition des travaux répétitifs et ennuyeux dans un environnement rigide, ce sont aujourd’hui la pression permanente, le stress et les menaces continuelles de restructuration qui tendent le plus souvent à détruire le sens humain et créatif du travail. Au contraire, le revenu de base rétablit la valeur éthique du travail, autant vis-à-vis de la société que de soi-même.

Par ailleurs, la paresse n’est pas inscrite dans le génome humain ; ce n’est qu’une réaction contre les travaux forcés. En accordant la liberté aux travailleurs de refuser le travail, on commence à les responsabiliser. On fait tomber le prétexte de la nécessité. Sans la liberté, il n’y a pas de véritable éthique du travail.

Un droit fondamental

Le revenu de base n'est pas une assistance, il correspond à un droit humain. C’est pour cela qu’il est donné à tout le monde, indépendamment des besoins particuliers de chaque individu.

Contrairement à l'aide sociale actuelle, le revenu de base n'est pas stigmatisant puisqu'il est pour tous. Il reconnait la valeur de la participation sociale de chacun et permet de s'affranchir de l'idée du travail rémunéré comme norme, norme qui a pour conséquence que ceux qui sont privés d'un emploi ont moins de valeur que les autres. Le revenu de base supprime donc cette pression qui pèse à la fois sur les chômeurs, les "assistés" et sur tous ceux qui pourraient un jour le devenir.

Financement

Mis à part ses « effets dynamiques » qui sont difficiles à estimer, du point de vue économique, le Revenu de Base Inconditionnel est un jeu à somme nulle : la valeur ajoutée du pays ne change pas d’un seul franc, mais sa répartition se modifie considérablement. Désormais une partie de la richesse créée va à l’ensemble de la population résidente sous forme de RBI, avant toute répartition entre salaires et rémunération du capital investi. La question qui reste alors à débattre concerne le canal par lequel on réalise l’opération.

Dans la majorité des cas, le revenu de base ne s’ajoute pas au revenu total, mais en devient la composante qui sécurise la part de revenu couvrant le besoin vital. Cela signifie qu’au lieu de recevoir tout son revenu de l’activité lucrative (ou de prestations sociales), on reçoit d’une part le revenu de base et d’autre part, les autres revenus en complément. Une autre manière de se représenter ce mécanisme : la partie du revenu du salarié couvrant le besoin vital est versée au travers de la caisse du revenu de base (à laquelle cotise l’employeur).

Si nous prenons par exemple comme base de calcul un RBI de CHF 2'500.- par mois pour un adulte et de CHF 625.- (un quart) par mois pour un mineur, la masse financière totale se monte à quelques 208 milliards par an, soit environ un  tiers du Produit Intérieur Brut (richesse crée en un an dans le pays : en 2011 environ 600 milliards de francs). Mais comme nous allons le voir ci-après, seule une petite partie de cette somme est à trouver, car la plus grande partie est simplement réaffectée au financement du RBI sans que cela ne change les dépenses de l’Etat.

Trois sources de financements sont à distinguer, les deux premières ne représentant qu’un transfert de charges, la dernière, restant à trouver : La première source de financement est le transfert de la part des coûts des assurances et prestations sociales, allocations et autres subventions actuelles que le RBI rendra inutiles. Selon les approches, le montant de ce transfert se situe aux alentours de 62 milliards. La deuxième source de financement, que l’on évalue à quelque 128 milliards, est le transfert de la part des revenus du travail que le RBI remplace. Ce montant sera financé par les entreprises et correspondra grosso modo à la part de salaire qu’elles n’auront plus à verser aux travailleurs qui la toucheront désormais sous la forme du RBI. Enfin, la troisième source de financement correspond à la différence entre le coût total du RBI et le financement déjà disponible (le total des transferts cités plus haut), soit : 208 milliards – 62 milliards – 128 milliards = 18 milliards. Cette somme correspond approximativement à l’effort réel du RBI, c’est-à-dire l’augmentation réelle de revenu pour une partie de la population.

L’équation de base étant ainsi posée de façon quelque peu simplifiée, il faut bien se rendre compte que les différents canaux de financement sont interdépendants. Quel que soit le mécanisme concret retenu, le financement reposera sur un nouveau principe de répartition de la valeur crée par l’activité économique. Cette valeur ne sera plus répartie en deux, mais en trois parts : celle des salaires, celle des profits et celle du RBI. En effet, comme le relève aussi le Prof. émérite Peter Ulrich (fondateur de l’Institut d’éthique économique de l’Université de Saint-Gall) dans l’introduction de notre livre sur le financement, le revenu de base n’est pas une nouvelle méthode de redistribution a posteriori du revenu, mais un nouveau paradigme de sa répartition primaire. Cela signifie que le prélèvement du PIB nécessaire au financement du revenu de base se fait « à la source », là où sont générés les profits et la masse salariale.

Différentes propositions de modèles de financement existent à ce jour. Elles diffèrent en substance sur la méthode de prélèvement de la part de la création de valeur nécessaire et sur le financement du solde, les deux pouvant être couverts en bloc par une seule et même méthode de prélèvement suivant le modèle.

On peut se référer à titre d’exemple aux modèles présentés dans notre livre édité en 2010 Le financement d'un RBI inconditionnel qui propose trois modèles et à un quatrième plus récent dérivé de celui élaboré par l’économiste suisse, M. Martino Rossi. Ces quatre modèles démontrent que le revenu de base est finançable, que cela soit par une adaptation de la TVA, un impôt fédéral direct à taux fixe sur le revenu, un prélèvement à la source sur la valeur ajoutée nette des entreprises ou une combinaison de ces différentes approches. Le plus probable sera une solution mixte entre ces différentes possibilités.

Pour le solde de 18 milliards à couvrir (S’il n’est pas déjà inclus dans l’une ou l’autre des approches énumérées ci-dessus), plusieurs pistes sont à étudier. Parmi celles-ci, une taxe sur les transactions financières (type taxe Tobin), une taxe sur l’empreinte écologique, une adaptation de l’impôt fédéral direct, une augmentation de quelques points de la TVA, une réaffectation de la création monétaire, etc.

Quelle que soit la méthode qui sera en fin de compte retenue par le parlement, il est important que celle-ci répartisse la charge de financement proportionnellement en fonction de la valeur produite, comme c’est déjà le cas aujourd’hui pour les cotisations sociales. La proportionnalité est un élément-clé pour que l’insertion professionnelle reste économiquement attractive et que l’effet redistributif du revenu de base puisse s’opérer.

En résumé, quel que soit le cas de figure, ce n'est pas le volume total du RBI qui est à financer, car pour l'essentiel il s'agit du même argent dépensé autrement. Pour une majorité des salariés, le revenu total ne change pas de manière significative ; il se compose désormais d’un salaire direct et du RBI. Seules les personnes dont le revenu total augmente en raison du RBI (qui exercent des activités peu ou non lucratives, ainsi que les familles) occasionneront des coûts supplémentaires. On peut situer ces derniers aux environs de 18 milliards par année. Pour les entreprises enfin, les coûts d’exploitation devraient être sensiblement les mêmes.

Trop d’Etat ?

Selon la solution retenue, le financement du revenu de base peut soit passer par un prélèvement obligatoire sur la création de valeur économique soit s’appuyer sur la fiscalité directe ou indirecte. Mais quoi qu’il en soit, il faut distinguer le financement du revenu de base de celui de l’action de l’Etat en général. Même si l’on a recours à l’impôt, dans le cas du revenu de base, la ponction fiscale ne bénéficie en aucune manière à l’administration publique ou à une quelconque politique interventionniste. C’est de l’argent qui va de l’économie privée à l’économie privée via la satisfaction des besoins vitaux de la population ; l’Etat n’y joue qu’un rôle fiduciaire, tandis que la liberté individuelle, telle qu’elle s’exerce aussi dans le cadre de l’économie de marché, reste intacte. Au contraire, en étendant la liberté contractuelle aux travailleurs sur un marché du travail enfin digne de son nom, le revenu de base va clairement dans le sens de la liberté individuelle.

D’autre part, le revenu de base permettra certainement de réduire le poids et le coût de la bureaucratie sociale tout en restituant au travail social toute sa dimension de soutien et d’accompagnement. Enfin, considéré d’un point de vue politique, en réduisant l’influence de l’Etat sur la vie privée du citoyen, surtout quand il est de condition modeste, le revenu de base contribuera à développer la démocratie et la liberté individuelle.

 

pdf Présentation du revenu de base inconditionnel
(notre dossier d'information détaillée, 25 pages, PDF)
pdf Le revenu de base, qu'est-ce que c'est ?
(version imprimable de cet article, PDF)

Liens

Ils sont en faveur de l'initiative fédérale

Comité de soutien

Toni Albrecht, Endo Anaconda - Musicien, Donato Anchora - agent de sécurité, Christine Angeloni, Caroline Aquarone, Jean-Claude Aubin, Luca V. Bagiella - Vendeuse, Florance Baldeck - Economiste, Nicole Bardet, Fabian Bärenbold, Christian Barras - Ingénieur, Gabriel Barta - Boutique, Patchouli Basel - Musicienne de volkmusic, Uschi Bauer - Hôtesse, Selma Bausinger, Christelle Begg - Photographe, Jacques Berthet - Musicienne, BigZis - Ebéniste, Daniel Blunschi, Pascale Boizard, Kevin Borchard, Aurore Brahier, Lysianne Brahmi, Théo Bregnard - Philosophe, Stefan Brotbeck - Modérateur, Mike Bucher - Polygraphe, Anna Bühlmann - Conseiller municipal, Timothée Calame, Julien Cart, Léo Cerone, Catherine Charon, Denis Cheneau, Jacques Chevrier - Informaticien, Jean-Marc Comment, Yaëlle Dällenbach - Chanteuse Jazz, Yaëlle Dällenbach, Ariane Debieux, Jean Dekkers, Sarah Delacoste, Peter Dellbrügger - Economiste et Musicien, Emmanuel Deonna, Ludmilla Alexandra Dervey - Etudiante, Elisabeth Di Zuzio, Cécilia Diologent - Travailleuse sociale, Juliana Duarte, Anne Dubroc, Anne-Béatrice Duparc, Andréa Eggli - Travailleuse sociale, Patrick Ernst - Chef d'équipe, Francis Fasel, Caroline Faust - Enseignante et mère, Agnès Fernex - Artiste, Arnaud Fernex - Homme au foyer, Etienne Fernex - Agriculteur, Arnaud Fournier, Nino Fournier - Réalisateur, Marco Fritschi - informaticien, Patrick Furrer, Laurent Gachoud - Comédien, Metteur en scène de théatre, Nikolina Gansener, Martina Geiser, Bernard Genoud - Naturopath, Claire Girardet - Forum-Grundeinkommen Bern, Bela Gisin - Militant, Monique Golay, Jim Hackenberger-Pic de Blais de la Mirandole, Armin Häfliger - Etudiant en agronomie, Sonja Haldi, Niko Hammann - Tailleur de pierre naturelle, Emilie Hammer, Daniel Häni - Entrepreneur, Thaddäus Heil - Imprésario, Erica Hennequin - Députée au Jura, Adrian Hoeneke, Benjamin Hohlmann - Entrepreneur, Frédéric Holliger, Eric Hurner - Networker, Deborah Jakob - Musicienne, Jérémy Jaussi - Conseiller municipal, Albert Jörimann, Aegidius Jung - Forum-Grundeinkommen Bern, Damien Junod, Estelle Kamber - Caritas Jura, Darion Kaufmann - Expert immobilier, Ralph Kundig - Webdeveloper et artiste multimedia, Marc Lambelin, Laurent Lambert, Pascal M. Landolt - Directeur & CEO, Philippe Latty, Matthias Lerchmüller, Marlyse Loetscher, Doranne Luginbühl - Pédagogue psychanlyste, Laurens Mackay - Ingenieur ETH, Angela Maeder - Etudiante travailleuse sociale, Christoph Marthaler - Régisseur, Christoph Marthaler - Régisseur, Guy Mettan, Pierre-François Michaud, Christian Müller, Kurt Müller - Théologue et Artiste, Myrtha Nerina Wolf - Sculpteuse, Maryvelma O Neil, Susanne Oertel - infirmière, Luzia Osterwalder - Thérapeute, Domenica Ott - Homéopathe, Veit Pakulla - Bloggeur, Pascaline Palumbo, Stefan Pangritz - Photographe, Robert Pattaroni - Conseiller municipal, NatiNath Pechrikian - artiste libre, Léo Perret, Laurent Perrinjaquet, Robi Peter - Spenglerpolier FA, Valérie Pham , Johannes Pietsch, Ursula Piffaretti - Entrepreneuse, Antoine Pochon, Ina Praetorius - Théologicienne, Stéfanie Prezioso - Professeur UNIL, Ursula Python - Forum-Grundeinkommen Bern, Gilles Ramseier, Pola Elena Rapatt, Elia Rediger - Musicien, Madeleine Ronner - Etudiante, Stephan Ronner - Professeur de pédagogie musicale, Diana Rossier, Sandra Ryf - Forum-Grundeinkommen Bern, Olivier Salamin, Hans Saner - Philosophe, Pierre Santschi, Victor Saudan - Enseignant PH, Marina Schacher-Grozdanic, Xavier Schacher, Tobias M. Schmid, Enno Schmidt - Artiste, Thibault Schneeberger - Enseignant, Urs Schnyder - Forum-Grundeinkommen Bern, Kristina Eva Schwabe - Commerçante, Eugen Schwaller, Ruth Schweikert - Ecrivain, Artgil Sculp - sculpteur-plasticien, Raffael Sergi, Marc Sidler, Oswald Sigg - Journaliste, Nils Solanki - Webdesigner, Stefano Spalti - Opérateur, Jonathan Steiner, Ria Sterm - Thérapeute, Stiftung Kulturimpuls, Werner Stocker, Daniel Straub - Publizist, Stav Szir - Ecolier, Christophe Terrier - Physicien, Député au Jura, Guite Theurillat - Ancienne secrétaire syndicale, Amadeus Thiemann - Expert développement durable, Esposito Tommaso - Webmaster, Klemens Trenkle - music X-dream, Guillaume Trillen, Unternehmen Mitte - Café Impulsion culturelle, Josef Vogel - Forum-Grundeinkommen Bern, Laurent Waelti, Che Wagner - Etudiant, Frédéric Waldvogel, Jonas Walther, Lenns Weber - Ecolier, Wegmann - Zeitgeist, Robin Wehrle - Militant, Götz Werner - Entrepreneur, Saba Mari-Lola Wili - Musicien, Raffael Wüthrich - Gérant de magasin

Moi aussi, je m'inscris !

Personnalités

Linard Bardill

Linard Bardill

Share

Auteur-compositeur

Nik Bärtsch

Nik Bärtsch

Share

Pianiste et compositeur

Michel Bühler

Michel Bühler

Share

Chanteur et écrivain

« A chaque fois qu’une nouvelle machine apparaît, elle fait le travail de quelques hommes, et les remplace. J’ai toujours pensé que les profits engendrés par les machines devaient être partagés (une fois déduit le coût de la machine, bien sûr) entre les hommes qu’elle a remplacés, et non pas être accaparés par quelques actionnaires. »

Florian Candelieri

Florian Candelieri

Share

Archéologue de formation, CEO et Co-Fondateur de la plateforme de location entre particuliers www.e-syrent.ch

« Le revenu de base nous permettra d'initier les changements dont notre société a besoin. »

Sandro Cattacin

Sandro Cattacin

Share

Docteur en Sciences sociales et politiques, Professeur à la Faculté de sociologie d'UNIGE, ancien Directeur du Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population

« Un revenu de base pour un plus de dignité dans notre société. »

Mireille Cifali

Mireille Cifali

Share

Historienne, psychanalyste, Professeur honoraire Université de Genève / FAPSE

Pierre Dominicé

Pierre Dominicé

Share

Professeur honoraire Université de Genève / FAPSE

« Je soutiens l'initiative car elle propose une alternative à une situation critique du rapport au travail, surtout des jeunes, mais aussi des aînés. Le travail occupe trop de place dans l'horaire de beaucoup, de parents notamment. Il entraîne une souffrance exagérée. Pour ceux qui n'en trouveront quasiment jamais, les démarches d'assistance sont souvent infantilisantes ou humiliantes. Dernier point, il y a parmi les jeunes de plus en plus d'artistes empêchés de se consacrer à leur art car ils ont l'obligation d'un gagne-pain qui leur prend un temps considérable. L'initiative ouvrira un débat nécessaire car les solutions exacts de salaire de base sont encore à affiner. »

Bridget Dommen

Bridget Dommen

Share

Socioéconomiste

« le revenu de base résoudra les problèmes actuels que connaissent nos assurances sociales. »

Edouard Dommen

Edouard Dommen

Share

Économiste

« Libérer le travail pour une économie plus diverse et créative. »

Julien Dubouchet

Julien Dubouchet

Share

Secrétaire associatif, ancien syndicaliste (SIT), politologue et juriste.

« Le RBI est la meilleure manière de mettre en oeuvre le droit constitutionnel de chacun d'obtenir les ressources nécessaires à une vie décente. Non bureaucratique, le RBI est susceptible de libérer enfin les individus de l'angoisse matérielle au quotidien, et augmenter par là le potentiel social. »

Arnaud Durand

Arnaud Durand

Share

Président des Jeunes démocrates-chrétiens vaudois

Esther Eppstein

Esther Eppstein

Share

Artiste et galeriste

Adrien Faure

Adrien Faure

Share

Président de la Jeunesse socialiste genevoise

« Je soutiens l'initiative pour un revenu de base pour que les jeunes soient autonomes. »

Judith Giovanelli-Blocher

Judith Giovanelli-Blocher

Share

Auteure et professionnelle du service social

Isabelle Guisan

Isabelle Guisan

Share

Chroniqueuse et écrivain

Ingrid Grave

Ingrid Grave

Share

Sœur religieuse

Martin Grob

Martin Grob

Share

Entrepreneur social

Martin Heller

Martin Heller

Share

Directeur artistique Expo 02

Pierre Herold

Pierre Herold

Share

Pasteur retraité, ancien Président de BIEN-Suisse

« Je suis convaincu que le revenu de base constitue un des moyens majeurs – parmi d’autres – de lutte contre la pauvreté, et de promotion d'une meilleure répartition des biens et de la richesse que la société génère. »

Jürg Jegge

Jürg Jegge

Share

Pédagogue et auteur

Christine Ley

Christine Ley

Share

Ecrivain, journaliste, Organisatrice des Cafés-Déclic

Raphaël Mahaim

Raphaël Mahaim

Share

Député au Grand Conseil VD

« Parce que nous voulons un monde guidé par d'autres objectifs que l'argent et parce que nous croyons que chaque activité humaine a de la valeur, il faut urgemment faire le pas vers un nouveau modèle économique. »

Christian Marazzi

Christian Marazzi

Share

Economiste, Professeur PhD à la SUPSI/DSAS (Haute Ecole spécialisée de la Suisse Italienne/sciences économiques et sociales)

« La revendication d'un revenu de base est une lutte pour une autre citoyenneté qui respecte le droit à l'inclusion, ceci dans une économie qui précarise et exclut. »

Serge Margel

Serge Margel

Share

Philosophe écrivain, chercheur au FNSRS (Fonds National Suisse de la Recherche Scientifique).

« Le revenu de base est une transformation sociale sans précédent, qui donne à tous un droit inconditionnel sur sa propre vie et demande à chacun une responsabilité illimitée envers la société. »

Christoph Marthaler

Christoph Marthaler

Share

Metteur en scène de théâtre et d'opéra

Katrin Muff

Katrin Muff

Share

Docteur et MBA (Master of Business Administration), Doyenne de BSL (Business School Lausanne), ex-Directrice d'une division de Procter & Gamble

Adolf Muschg

Adolf Muschg

Share

Écrivain

Madeleine Pont

Madeleine Pont

Share

Fondatrice et présidente du GRAAP-Association

« Le concept de ce revenu de base pour tous m'a enthousiasmé : il permet de faire un grand pas dans le sens de la non discrimination entre jeunes et vieux, bien-portants et invalides ou handicapés. C'est une réelle révolution au niveau de la mentalité. Au même titre, probablement, que l'introduction de l'AVS. Penser une société en fonction des plus fragiles de ses membres est profitable pour tous. »

Laurent Rebeaud

Laurent Rebeaud

Share

Journaliste, Conseiller communal à Lausanne, membres fondateur du Parti des Verts suisses, ancien conseiller national

« L’idée du RBI n’appartient pas à la gauche ou à la droite. Elle a été soutenue aussi bien par Karl Marx («à chacun selon ses besoins») que par l’ultralibéral Milton Friedmann (impôt négatif). Elle a un aspect social, puisqu’elle vise à éradiquer la pauvreté. Elle a aussi un aspect libéral, car elle vise à accroître l’autonomie et la responsabilité des personnes, à stimuler l’emploi et à réduire la bureaucratie étatique.

L’autonomie des personnes est centrale. Le RBI n’est pas un salaire, ni de l’aide sociale, mais une allocation automatique. Il permet à chaque individu de choisir les activités pour lesquelles il se sent le plus doué et le plus motivé, indépendamment du salaire. Il permet aussi à la société de valoriser, de manière forfaitaire, les prestations bénévoles offertes par les militants des associations à but idéal, par les proches aidants ou par les femmes (et parfois les hommes) qui sacrifient tout ou partie de leur carrière professionnelle à l’éducation de leurs enfants. »

Kurt Regotz

Kurt Regotz

Share

Président du syndicat Syna

Gilbert Rist

Gilbert Rist

Share

Professeur honoraire de l'Institut de hautes études internationales et du développement (ex-IUED), Genève

« L'institution d'un revenu de base inconditionnel constitue une mesure importante pour permettre à la société de sortir de l'idéologie productiviste et pour faire advenir une forme d'abondance frugale à laquelle l'épuisement des ressources naturelles nous contraindra nécessairement. »

Martino Rossi

Martino Rossi

Share

Économiste, ancien directeur de la division de l’action sociale et de la famille, conseiller communal à Lugano

« Revenu de base: utopie réalisable du XXI siècle. »

Alexis Roussel

Alexis Roussel

Share

Président du Parti Pirate Suisse

« Le revenu de base donnera l’opportunité à l’autre de créer de la valeur. La contribution libre est une vraie valeur économique même si l’on est incapable de la mesurer. »

Giselle Rufer

Giselle Rufer

Share

Entrepreneuse

Gudrun Sander

Gudrun Sander

Share

Dr. en sc. économiques et Vice-directrice de l'Executive School of Management, Technology and Law, Université de Saint-Gall

Guy Sansonnens

Guy Sansonnens

Share

Poète et chanteur

Peter Schmid

Peter Schmid

Share

Président de la HES de la Suisse du Nord-Ouest

Ruth Schweikert

Ruth Schweikert

Share

Écrivain

Guy-Olivier Segond

Guy-Olivier Segond

Share

Ancien Président du Conseil d'Etat de Genève

« L'initiative populaire sur le revenu de base inconditionnel fait sourire dans de nombreux milieux : pour une grande majorité, c’est l’exemple même d’une utopie intellectuelle. Il ne faut cependant pas sous-estimer l’importance du débat public qui va s’ouvrir : c’est l’occasion de simplifier radicalement un Etat social devenu tellement complexe qu’il est, tout à la fois, pléthorique et insuffisant. »

Nenad Stojanovic

Nenad Stojanovic

Share

Politologue, Universität Zürich & Université de Lausanne

« Le revenu de base est un droit. C'est un instrument qui nous permet de nous approcher des idéaux de la liberté et de l'égalité. C'est un espoir. »

Béatrice Tschanz

Béatrice Tschanz

Share

Experte en communication

Peter Ulrich

Peter Ulrich

Share

Professeur honoraire Université de Saint-Gall

Theo Wehner

Theo Wehner

Share

Professeur EPF de Zurich, Directeur du centre pour les sciences de l’organisation et du travail

Pierluigi Zanchi

Pierluigi Zanchi

Share

Conseiller communal à Lugano, Patron d'une entreprise artisanale de produits bio

« J'adhère à l'Initiative pour un revenu de base inconditionnel, parce que la situation économique, sociale et environnementale a changé en profondeur. Il n'est plus possible de continuer avec les solutions d'il y a 40 ans. Nous devons établir d'autres paramètres pour la production et la jouissance des biens (pas seulement de consommation), ainsi que pour les assurances sociales et pour le système du travail et du temps libre.

En outre, en tant qu'employeur, je trouve que le système actuel de la gestion des salaires, avec toutes retenues et prestations qui y sont liées est à la fois compliqué et coûteux. Quant au problème du travail au noir, il se réduirait de façon drastique avec un système basé sur le revenu de base inconditionnel, ce qui bénéficierait à l'Etat comme aux citoyens.

Cela apporterait aussi une solution à l'écart dans les rémunérations entre celui ou celle qui a un travail salarié et celui ou celle qui s'engage dans la gestion de la vie familiale et dans des activités bénévoles mais ne gagne rien. Ces milliers de personnes qui s'occupent de la famille et des associations apportent une contribution des plus importantes pour le bien-être de la société. Tout ceci ne peut pas être quantifié dans notre PIB actuel, mais sans ces personnes, notre société civile ne pourrait pas exister. »

Josef Zisyadis

Josef Zisyadis

Share

Théologien et ancien député au Parlement suisse (1991-2011)

« Le revenu de base sera la nouvelle conquête à inscrire aux droits universels de l’homme ! »

Participer au mouvement historique

diffuser l’information, aider financièrement ou autrement

Bern 4 octobre

Diffuser l’information

Toute action qui contribue d’une manière ou d’une d’autre à communiquer l’initiative est utile. Ce n’est donc qu’une question d’imagination et de créativité. Le bouche-à-oreille en particulier peut se propager comme une trainée de poudre. Parlez-en donc autour de vous, à vos amis, lors de soirées et débats. Publiez dans les forums et réseaux sociaux en ajoutant le lien http://rbi2016.ch. Vous pouvez aussi envoyer notre email d'info à tous vos contacts.

Faire un don pour la campagne

Nous agissons tous bénévolement, mais seul votre précieux soutien financier via Paypal ou virement bancaire pour couvrir nos frais de matériel, communication, déplacement, organisation, etc., décuplera notre efficacité. Conséquents ou modestes, les dons s'ajoutent aux dons et les ruisseaux deviennent des rivières…

p.s. Que votre don soit verser à nous, à Génération-RBI ou au comité de campagne suisse, c'est égal parce que de toute façon, il ira tout droit au financement de la campagne pour la votation de l'initiative (et rien d'autre).

Aider

Toute aide, que ce soit en temps ou en argent, est extrêmement précieuse. L'initiative pour un revenu de base est une initiative vraiment populaire : c'est seulement si chacun d'entre nous, qui aspire à un changement radical de société, s'engage concrètement à y œuvrer que l'utopie d'aujourd'hui deviendra la réalité de demain.

Vous pouvez nous aider de multiples façons en partageant un peu de votre temps, mettant à notre disposition du matériel, un moyen de transport, un lieu de fête, etc. Nous nous sommes organisés en réseau de collaboration auquel vous pouvez vous joindre en vous inscrivant sur notre formulaire de contact.

A bientôt !

Téléchargement et commande de matériel

Sélectionnez dans les champs ci-dessous la quantité désirée de chaque article *. Nous vous enverrons au plus vite ce qui est en stock. Prévoyez un petit délai pour ce qui est à repourvoir. Merci de regrouper autant que possible les commandes.

N.B. les personnes inscrites comme militant peuvent se connecter pour accéder à des éléments qui leurs sont réservés.

* Survolez les liens pour voir l'aperçu et cliquez pour télécharger le document lié.

Imprimés
Affiches campagne
Grand format
Divers
Votre information
Votre nom
Votre prénom
Votre adresse postale
Votre email
Votre téléphone mobile
Votre téléphone fixe
Votre commentaire optionnel.
Pour recevoir les informations sur la campagne pour l'initiative fédérale de sa région.
Pour recevoir notre lettre d'information périodique (±1/mois).

Notre association a pour but l'introduction d'un revenu de base. Chaque membre supplémentaire est précieux pour augmenter notre visibilité et nos moyens d'actions. On peut déjà devenir membre à partir d'une cotisation annuelle de Fr. 20.- (petit budget: 20.-, normal: 50.-, soutien: 100.-).
Bienvenue, donc… smiley

En soumettant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.
randomness