Si j'avais un revenu de base inconditionnel...

Offline
Beigetreten: 17.07.2009
Si j'avais un revenu de base inconditionnel...

Imaginez... non pas une plage de sable fin avec la mer turquoise mais qu'enfin vous avez un revenu de base.

 

Comment votre vie changerait-elle ?

 

A quoi l'occuperiez-vous, de quoi rempliriez-vous votre temps, qui seriez-vous ?

 

Seriez-vous le même ? Auriez-vous le même regard sur la vie, sur demain, sur ceux qui vous entourent ?

 

Laissez-vous aller, laissez-vous rêver, donnez-vous cet espace de liberté.

 

Merci pour le partage !

 

"Si nous faisions tout ce dont nous sommes capables, nous nous surprendrions vraiment."

Thomas Edison

Share
Anne-Marie Béneix (nicht überprüft)
l'argent

Peut-être avez-vous raison ? Mais les temps vont vers de fortes turbulences et je ne serai pas étonnée que tout cela disparaissent en dépit de la volonté des dirigeants. Personnellement, je préfèrerai plus de justice, mais comme cela semble impossible, j'ai fait le deuil de notre confort et je m'habitue à la pensée que tout nous sera retiré afin que nous découvrions notre vanité.

Sans argent, nous n'aurions plus de problème de réchauffement de la planète, de gaspillage des ressources, d'asservissement des humains. Car l'argent est un formidable levier destructeur et transforme l'être humain en mercenaire.

Share
Offline
Beigetreten: 26.09.2008
L'argent

Ce n'est pas l'argent en soi qui est le problème, mais l'usage que l'on en fait. Malgré tous les abus que tu cites à raison (et encore beaucoup d'autres), je ne pense pas qu'en l'état actuel de l'économie et de la psychologie humaine, nous puissions nous passer de l'argent (ou d'une monnaie quelconque),

 

 

Share
Guest (nicht überprüft)
La proposition "prête à

La proposition "prête à l'emploi" est bonne, mais si nous ne nous décidons pas très vite, je ne serai pas étonné de voir l'argent disparaître. Pourquoi l'argent disparaîtrait-il ?
Parce que les maffias polluent tout le système, parce que la société n'apprécie pas la politique de "se vendre", (c'est de la prostitution), parce que la planète a besoin que les humains trouvent une économie digne de l'intelligence de la nature. Si l'économie signifie "système d'échanges" pour permettre l' épanouissement de toutes les potentialités des organismes vivants, nous remarquons que les végétaux sont nos maîtres.

De crises en crises, nous finirons bien par comprendre que l'argent est plus toxique, néfaste, dangeureux pour les vivants que bienveillant, utile, bénéfique.

Share
Offline
Beigetreten: 26.09.2008
Absolument exact

C'est pourquoi il nous faut une proposition prête à l'emploi, pour le jour où cela va commencer à réfléchir un peu partout.

Share
Offline
Beigetreten: 14.01.2011
Le difficile paraît-il, c'est

Le difficile paraît-il, c'est de réfléchir. Lorsque la souffrance débordera, on commencera à réfléchir.

Hypothèse
Share
Eve Duchemin (nicht überprüft)
espoir, actions,

Chère Guest, votre récit me touche vraiment !

J'ai fait pas mal de choses moi aussi depuis que j'ai un revenu de base - c'est à dire une retraite suffisante pour vivre sans soucis. Nous sommes nombreux à utiliser notre liberté pour faire ce qui a du sens...Quand le revenu de base sera devenu effectif, des personnes qui n'ont pas de travail, chômeurs et handicapés, pourront nous rejoindre - maintenant beaucoup d'entre eux sont trop angoissés, trop accablés par les soucis, trop humiliés par la bureaucratie pour pouvoir donner tout ce qu'ils ont à donner en temps, énergie, compétences, espérance et créativité...Le moins qu'on puisse dire, c'est que le revenu de base inconditionnel est bon pour la démocratie...

Share
Guest (nicht überprüft)
A partir de 1981, suite à un

A partir de 1981, suite à un remariage, je fus au chômage non indemnisé parce que mon mari ne voulait pas que je travaille. J'estimais donc que je n'avais pas à demander des indemnisations. (Mais je connais le stress lié au manque d'argent. Cependant, puisque je n'avais pas d'emploi, je pouvais utiliser mon temps libre au service de mes contemporains.)

Comme je déteste rester inactive, j'ai commencé par faire des visites aux personnes dans un "mouroir" d'hôpital. Le terme est choquant mais c'est bien ce dont il s'agissait puisque c'était des personnes en fin de vie, sans famille à priori pour veiller sur elles. Puis, comme ma formation était celle de gestion du personnel, je me suis rendue compte qu'une  personne avait une retraite suffisante pour lui permettre de vivre avec sa soeur plus âgée qu'elle, si elles étaient aidées. J'ai donc plaidé la cause de l'une d'elles, et après avoir obtenu son accord, auprès du juge des tutelles. J'ai prouvée que les retraites des deux soeurs permettaient d'embaucher 3 personnes qui à tour de rôle veilleraient sur elles deux. Le directeur de l'hôpital était furieux mais la convention collective avait prévu que des patients puissent être absents le même temps que les semaines de congés payés ! (C'est illogique puisque la maladie se moque bien des temps de vacances, mais c'était écrit dans la convention hospitalière, donc il était possible de faire un essai). L'expérience fut positive: les deux soeurs ont vieilli ensemble, chez elles.

Après, dans les années 87, j'ai mis sur pied une association pour les retraités et les pré-retraités. En effet en France, l'éducation est mobilisée pour le travail. Ces post-salariés vivaient très mal leur pré-retraite. Nous avons donc mis sur pied des activités surtout sportives : lundi: thé dansant, mardi: piscine, mercred: frisbee, jeudi: parcours de santé, vendredi: gymnastique douce. L'enthousiame des quinqua et sexagénaires fut telle que la mairie m'a demandé de laisser ma place au responsable des pompiers qui prenait alors sa retraite. L'association avait un millier d'adhérants environ ! Comme c'est en A.G. que se décide le nouveau bureau, j'ai donc proposé ma démission. Malheureusement  le nouveau bureau n'a pas su ou pu garder cet enthousiasme, et les adhérents ne savaient pas comment fonctionne les associations loi 1901. Ce fut une première leçon vers la démocratie.

Comme nous habitions dans une cité HLM, j'ai constaté que les enfants n'avaient pas de piste cyclable pour circuler en sécurité entre les immeubles. Avec les enfants, nous avons donc proposé un parcours qui passait devant les appartements, afin que les mamans puissent apercevoir leur progéniture (de temps en temps). Nous avons peint le tracé, piqueté la pelouse(le gardien a failli faire une crise cardiaque de colère) quand celle-ci était entamée par le circuit, proposé à la critique ce que nous souhaitions. Je me souviens qu'une habitante était venue me voir pour me remercier car depuis qu'elle habitait le quartier, elle n'avait jamais pris le temps de visiter la cité(elle l'avait découvert en suivant le tracé) ! Un autre gardien m'a même suggéré qu'il était possible d'empiéter davantage sur les parkings(protégés par des parpaings) afin de permettre que le circuit garde toujours sa largeur initiale de 80 cm de large. Des parents étaient prêts à donner du temps pour "construire" ce circuit. Mon erreur fut de demander les autorisations. Jamais le circuit n'a été réalisé. Les enfants ont fait une pétition, ont porté cette pétition aux élus(qui furent très surpris par la demande-je n'étais pas au courant, je l'ai appris au cours de la 1ère réunion de quartier) Jamais les élus ne se sont sentis concernés par la demande des enfants. Deuxième leçon vers la démocratie.

Un autre quartier encore plus mal loti que le nôtre, habité par une majorité de Marocains. C'était en 1995 je crois. Le thème des discussions était "Etranges étrangers"(je crois) et j'y ai appris que la France avait fait des promesses non-tenues aux Marocains. J'ai donc écrit à la mairie pour leur dire que je pouvais admettre qu'on oublie les enfants mais qu'il était de notre devoir de citoyens de veiller sur les populations étrangères afin qu'elles s'intègrent, et dans ce but je demandais qu'un local soit mis à la disposition des jeunes Marocains. Cétait au moment des cantonales et le local fut ouvert, mais refermé presqu'aussitôt. Je suis un jour allée voir comment ça se passait, le local était bien refermé. Les jeunes hommes étaient solitaires, désoeuvrés, à l'abandon. Dés qu'ils ont vu ma voiture ils ont fondu sur moi, et moi j'avais peur d'eux , enfermée dans ma voiture. Il n'y avait aucune agressivité mais un appel au secours :"aidez-nous!" J'ai donc ouvert ma vitre (un peu) pour dire "que voulez-vous que je fasse?.- Madame, vous pouvez nous aider à écrire une lettre? - Oui, à condition que vous trouviez du papier, que vous me dictiez la lettre et un endroit où je puisse écrire le brouillon." Ce fut fait. Mais un salarié(animateur de métier) m'a demandé si je n'exagérais pas! je lui ai répondu que la lettre était un brouillon et qu'elle était adressée à la mairie. La mairie est en mesure de savoir que répondre à la demande, non?" le local fut ré-ouvert. Je suis allée avec du matériel pour le nettoyer et là, une dame "bien-mise-de-sa-personne" m'a demandé ce que je venais faire ici, puisque je n'était pas du quartier. "Voir où passe mes impôts et parce qu'en France il n'y a pas de ghetto." De nouveau le lendemain même acteurs. La question cette fois-ci fut "Ici, c'est un point "Ecoute Jeunes", vous n'êtes pas jeune, que venez-vous faire ici ?" et ma réponse fut : "en France la société est mixte, la mairie n'offrira jamais un chaperon aux jeunes filles qui viendront ici. Je veux que les mères des jeunes filles sachent qu'elles peuvent laisser leurs filles venir en confiance, il y a une grand-mère qui veillera sur elles" Puis le local a pris sa vitesse de croisière et j'y allais le mercredi après-midi. Mais les jeunes hommes n'avaient aucune proposition, aucun intérêt, rien ne semblait les intéresser. Après 3 mois d'effort pour faire bouger les choses, je leur ai dit que je ne viendrai plus. Stupéfaction et réflexion:"Madame, vous ne pouvais pas. - Pourquoi ne puis-je pas partir?- Parce que vous êtes salariée et que ce n'est pas le salarié qui peut dire ce qu'il fait ou pas. - Non, je ne suis pas salariée, et vous êtes tellement lourds que je suis épuisée. Si vous ne comprenez pas qu'il faut saisir sa chance lorsqu'elle arrive tant pis pour vous, je me casse. Il y a un temps pour tout." Et je n'y ai plus remis les pieds pendant 7 mois, date où je suis revenue leur signaler que le Théléthon se mettait en place et qu'ils avaient la possibilité de faire connaître leur talent. Ce furent les jeunes filles et leurs mères qui ont fait une vraie fête et ce fut le début de leur entrée dans la vie de la localité. 3ième leçon vers la démocratie.

J'ai fait encore beaucoup de scandales mais ce n'est que pour montrer qu'il est possible d'agir.

Soulever l'espérance chez les humains n'est pas chose aisée. Mais la phrase de Richard Wurmbrand est vraie : " l'espoir le plus dépourvu de fondement est plus fondé que le désespoir le plus raisonnable."

 

Share
Offline
Beigetreten: 14.01.2011
Il y a longtemps que

Il y a longtemps que j'utilise mon temps à faire la révolution!

Lorsque j'ai réalisé que le travail était défini par la rémunération, j'ai d'abord était très choquée. J'ai tenté d'alerter les syndicalistes, puis les juristes, enfin les politiciens. Personne n'a compris ce qui me préoccupait. Heureusement ? les années ont passées, les crises se sont succédées, et vous êtes arrivés à mettre en image ce que je voulais dire. J'ai retrouvé un vieux T-shirt sur lequel j'avais écrit dans les années 95 ? "Patiente : certes, résignée : jamais."

Aujourd'hui ? d'abord faire connaître le film. Croyez-moi, beaucoup ne savent pas quel trésor vous leur offrez et j'ai beau leur envoyer le lien vers le film, rien ne bouge apparamment. Alors je me demande s'il ne faut pas pousser la critique plus loin ? Par exemple. Que signifie travailler pour de l'argent sinon se prostituer ou être mercenaire ? Ou encore "A quoi peut bien servir l'Etat en France? sinon à opprimer ses citoyens (puisqu'il ne renvoie jamais l'ascenseur). L'Etat exerce son autorité sur un territoire limité. Il lui faut donc rendre quelques services à la population. Puisque nous savons qu'un être humain a besoin de toit, de se nourrir, d'avoir de l'eau potable(il n'y a de l'eau accessible que dans les cimetières) de se protéger contre le froid, il lui faut assurer ce minimum vital à tous les êtres humains présents sur son territoire. J'ai fait les cantonales en 2000 avec cet objectif. Un viel arabe m'a demandé de lui lire l'affiche que j'écrivais et lorsque je lui ai lu, il a rigolé et m'a dit que c'était le paradis que je voulais. Pourquoi pas ? Oui je veux que tout être humain sur terre sache que sa vie est en sécurité. 

Ensuite, comme vous le dites si bien, il y a tant de choses à faire, nettoyer les ronciers, aller dans les banlieues pour bavarder, faire réfléchir, apprendre une nouvelle compétence comme greffer de nouvelles espèces d'arbres, continuer ce que nos anciens ont commencé, transmettre ce qui est indispensable à la communauté humaine: la gratuité. Seul, l'être humain est capable de gratuité, cela s'appelle aussi "liberté"? 

Hypothèse
Share
randomness