Blogs

Le RBI : pour une renaissance de la civilisation

Très probablement que la majorité de la population suisse, des peuples européens et du monde en général - les yeux déjà ouverts ou dessillés par les médias les plus affûtés – réalise peu à peu que les secousses socioéconomiques qu’elle est en train de vivre (ici, licenciements de cadres bancaires; là, manque de places d’apprentissage; partout, destitution de l’épargne; là-bas, soumission aux prix spéculatifs des céréales, etc.) relèvent d’une logique et d’un sens politiquement peu avouables. [+]

Rendez-vous à la Gare

“Vous avez dix-huit ans ?” demandais-je, “J’en ai même vingt !”, “Oh, pardonnez-moi !”... Mais la jeune fille, pharmacienne de son état, n’hésite pas et signe “des deux mains” si l’on peut dire, tant elle est convaincue de la justesse et de la pertinence du RBI. Il est vrai qu’elle a de bonnes raisons pour cela : afin de poursuivre ses études, elle doit dores et déjà s’adresser aux services sociaux pour nouer les deux bouts, ce qui n’est tout de même pas normal... [+]

Une soirée au salon bleu

Petit dialogue  impromptu à propos d'une conférence organisée par BIEN cet automne à Lausanne, au Casino de Montbenon. Invités: des personnalités de la Gauche, des Intellectuels et un représentant de l'association (ouf). Cela donne ceci: [+]

Sous la pluie, les signatures

Sous la pluie, les signatures...

Il pleut. Sans interruption, depuis trois jours. A la “Banane”, la cafetaria de l’UNIL, je retrouve Lysiane, pour une nouvelle récolte de signatures. L’autre jour, au marché de Morges, pour mes premiers pas en tant que militant du RBI, j’ai accompagné Jacques, vieux briscard très affable et efficace, avec tout le monde – mais aujourd’hui, il s’agira de voler de ses propres ailes. [+]

I have a dream

Rubrique:

Ah, le revenu de base inconditionnel... Pour ma part, j’en rêve sans condition, sans restriction aucune ! Et cela tombe bien car Politique Intégrale invitait récemment à Morges l’association à venir parler de son initiative. Je m’y suis donc rendu, curieux de l’accueil du public. A l’entrée, au dernier étage du Grenier Bernois, pas mal de monde se presse, environs une quarantaine de personnes, preuve que le sujet est “concernant” comme on dit dans notre métier (de journaliste). [+]

Manifeste pour le droit à une survie de base dans la dignité pour tous les citoyens suisses

Chers ami(e)s du RBI

Je suis un jeune journaliste de 58 ans épris de liberté et de vérité. Je crois en l'Homme, et par conséquent à un monde meilleur. Et justement, cette initiative me paraît aller tout à fait dans ce sens. Pour ma part, j’en suis si convaincu que j'ai ai même écrit ma version personnelle de la chose, un petit ouvrage davantage orienté sur l'aspect humain, voir philosophique, intitulé " Manifeste sur le droit à une survie de base dans la dignité pour tous les citoyens suisses”. Je livre ici ce petit texte aux internautes que cela pourrait intéresser, moi qui débute sur ce blog et me réjouis d'échanger nos idées. [+]

Le RBI enfin d'autres problèmes, on en a assez des vieux problèmes des siècles passés

Allocation universelle inconditionnelle : (AU) OU Revenu de base inconditionnel (RBI)

Nouveau paradigme : Autre vision du « travail »

C'est le mot "inconditionnel" le plus difficile !

Nous sommes fatigués des problèmes actuels récurrents est ennuyeux : Nous voulons des problèmes nouveaux ! Des problèmes différents ! L’allocation universelle (AU) est un concept vieux, puisqu’il en était question lors des débats de la Révolution française déjà. L’idée est que chaque être humain a le droit non seulement théorique de vivre mais aussi pratique par une alloca­tion inaliénable permettant de vivre dignement. Ce que cette somme est censée contenir doit faire l’objet d’un débat et d’un consen­sus. Il s’agirait de fixer un montant qui ne soit pas un simple alibi mais une base réelle suffi­sante pour une vie décente. La liberté partielle conférée à tout citoyen exige que la vision du travail ne soit plus limitée à son seul aspect « revenu ». Le travailleur doit pouvoir s’identifier et s’enthousiasmer pour son travail. L’idéal serait que le citoyen puisse s’enthousiasmer pour la forme de société à laquelle il participe : pouvoir s’investir même dans un travail difficile sa­chant que la société est « juste » !

En outre, l’évolution de l’activité économique se dirige de plus en plus est inexorablement vers la robotisation des travaux lourds ou répétitifs. Il en résultera inévitablement un accroissement des gens « sans travail » au sens usuel du terme. Il ne saurait être question de les priver de moyens de subsistance et, en toute logique, les revenus de subsistance seront de moins en moins liés au travail, la forme de rémunération appelée « salaire » devra forcément disparaître au profit d’une forme qui s’émancipe du contrat de travail. [+]

Argumentaire en prévison des débats

Les effets de l’AU (Allocation Universelle ou RBI) sur le psychisme de la population. (Les chiffres se réfèrent à la Suisse)

 

Santé  meilleure !

Une augmentation de la satisfaction morale au travail se ferait jour grâce à une latitude plus large du choix des activités. Il en résulterait une diminution des maladies, notamment psychiques et par suite un allégement de l’effort de santé.

Entreprise à fort besoin de main-d’œuvre

Les économies en personnel administratif et sanitaire que ce système réaliserait mettraient sur le marché du travail plus de 100’000 personnes qui pourraient s’engager dans des activités de leur choix libre et non dans des activités de « subsistance ». Les entreprises nécessitant beaucoup de main-d’œuvre (tourisme, centres sociaux, soins à domicile, poste) bénéficient le plus de l’AU.

Des activités diverses deviendraient à nouveau possibles.

Une révolution pacifique

L’être humain jouit d’une très grande adaptabilité, pour le meilleur et le pire. Vous pouvez le conduire à accepter à peu près n’importe quelle situation si vous savez comment amener cette situation de manière graduelle et progressive. Si on peut très bien comprendre les avantages possibles de cette adaptabilité aux changements des circonstances de sa vie, on mesure rarement les extrémités auxquelles l’être humain peut s’adapter lorsque les circonstances semblent le lui imposer. [+]

Merck Serono licencie dans la stupeur générale

1500 personnes licenciées dans la stupeur générale…

Le plus incompréhensible, ce n'est pas tant qu'une entreprise se déleste brutalement de son personnel, mais qu'on s'obstine à ne pas voir là la logique inéluctable d'un système économique basé sur la seule rentabilité. Dans ce contexte, il est parfaitement normal qu'une entreprise réduise autant que possible ses charges salariales et ce sont pas les vaines agitations syndicales ou promesses politiques qui y pourront quelque chose. [+]

Syndiquer le contenu