29500 lectures

Articles divers sur le revenu de base inconditionnel

Le revenu de base crée de nouvelles conditions cadre pour l’économie, transforme la société et permet d’affronter les problèmes écologiques sur une base nouvelle. Il s’agit d’une réforme qui ne va pas de soi. Dans les articles suivants, nous ouvrons un débat sur toutes les questions importantes soulevées par notre projet.

Le revenu de base inconditionnel est une réponse logique à l’évolution de l’économie

Logo Le Temps

Ralph Kundig face

Ralph Kundig – Publié vendredi 5 février 2016 sur LeTemps.ch

Le revenu de base inconditionnel (RBI) pour tous, sur lequel les Suisses voteront le 5 juin prochain, est la réponse logique à une évolution qui découple toujours plus l’économie, et donc la protection sociale, de l’emploi, plaide Ralph Kundig. Il est le président de BIEN-Suisse, l’association qui milite pour l’introduction d’un RBI en Suisse

Big data, machine apprenante, digitalisation, open source, autant d’évolutions qui menacent le travail même très qualifié. Le chômage augmente, la facture sociale explose alors qu’il y a de moins en moins de travailleurs pour la payer et que la croissance économique est en berne. L’évolution en cours sonne le glas d’une économie et d’une protection sociale fondées sur l’emploi.

Aujourd’hui déjà, le salaire n’est plus corrélé à l’utilité réelle du travail. Seuls 40% de la population touche un revenu de son travail. Le reste exerce l’activité aussi nécessaire à la production de richesse, mais non payée, comme s’occuper des proches, se former, travailler bénévolement, développer la culture ou l’art. Au XXIe siècle, il est obsolète de considérer le travail payé comme seule source de revenu, d’intégration sociale et de valeur humaine.

[…] (PDF) [+]

Fichier attaché: 

Dossier de presse sur le revenu de base et l'initiative

Un nouveau dossier de presse sur le revenu de base et l'initiative vient d'être publié par Génération-RBI, le groupe romand de soutien pour l'initiative fédérale. Agrémenté de nombreuses images, il regroupe les principales informations actuelles sur le revenu de base, l'initiative fédérale et les réseaux de soutien. Il est destiné à être distribué largement aux médias, aux acteurs politiques et à toute organisation qui souhaite s'informer sur ces thématiques.

AG image [+]

L'introduction d'un revenu de base par étapes, l'exemple de la Suisse

Comment pourrait se réaliser la mise en application du RBI
dans le contexte suisse?

C'est sur ce point que vont se focaliser les réflexions sur le revenu de base ces prochaines années, aussi bien dans l'administration fédérale, que les cercles universitaires, les partis, les syndicats ou les mouvements divers.

Elisabeth Di Zuzio nous propose dans cet article un scénario de mise en application progressive du revenu de base, qui s’appuie sur le système d’assurances sociales tel qu’il existe aujourd’hui. Vous y découvrirez comment ce projet novateur peut s’intégrer progressivement aux institutions existantes, en étendant le versement du revenu de base de manière progressive à toute la population, en commençant par les retraités et les jeunes. Cette mise en application progressive a l’avantage du réalisme : elle permettra d’évaluer les conséquences de sa mise en œuvre sur l’économie et la population, ainsi qu’une adaptation progressive à ce nouveau système. [+]

Modèle de financement par la VAN de M. Martino Rossi

Voici une approche du financement du revenu de base proposée par M. Martino Rossi, économiste, ancien collaborateur de l’Institut de recherches économiques et ancien Directeur de la division de l’action sociale et de la famille du Canton du Tessin.

Il s'agit d'un exercice de simulation qui explore la possibilité de financer le RBI par une modification de la répartition primaire du revenu et indique les ordres de grandeur en jeux.

Les chiffres pris en compte sont ceux publiés par l'Office fédéral de la statistique pour l'année 2010. Les montants du revenu de base retenus pour les calculs sont de Fr. 2'280.- pour un adulte et de 1'000.- pour un mineur, soit respectivement équivalent au montant de la rente maximum de l'AVS (en 2010) et au coût de l'entretien d'un enfant reconnu par les prestations complémentaires.

Cette approche est publiée ici à titre indicatif, à fin de discussion et d'approfondissement. En tant que telle, elle n'engage que son auteur. Autant la méthode que les calculs ne représentent pas une quelconque prise de position de BIEN-Suisse.

La rédaction

Fichier attaché: 

Nous sommes là pour donner

Dans cette vidéo, Charles Eisenstein parle du revenu de base et de ce qui motive l'être humain à agir.

Traduction simultanée en français. C'était à Genève en septembre 2013, invité par EcoAttitude.

 

 

L'économiste dit : "Je vous connais : vous ne voulez pas travailler, vous ne voulez pas contribuer. Vous n'avez pas envie de donner, parce que vous avez envie de maximiser votre intérêt personnel. Si vous aviez un revenu de base, vous resteriez assis toute la journée devant la télé à manger des chocolats."
Cette objection fait partie d'une certaine vision de la nature humaine. Moi, je ne vois pas la nature humaine de cette façon-là. Je vois que les gens quand ils ont une sécurité financière totale, peut-être qu'ils jouent au tennis et au golf pendant un temps, mais pour être heureux, très vite ils ont envie de faire quelque chose. Parce que nous sommes là pour donner. Tous ces activistes pour la paix, ils ne font pas ça pour de l'argent, non? Ils travaillent dur, ils risquent leur vie même, ce n'est pas l'argent qui les fait agir. Les artistes, les musiciens, ils peuvent avoir suffisamment de chance pour gagner de l'argent avec ce qu'ils font, ok, mais ce n'est pas leur but, ils ne se disent pas : "ok, comment est-ce que je vais bien pouvoir faire de l'argent? Je crois que je vais devenir artiste!" C'est même le contraire, ils vont voir le conseiller d'orientation et ils disent : j'aime l'art et le conseiller d'orientation dit : oh, c'est très bien, mais peut-être tu devrais aller dans la publicité. [+]