9135 lectures

Un débat musclé dans le journal de SolidaritéS

Rubrique:

Le 7 juin 2012 Maryelle Budry, membre de BIEN-CH et de SolidaritéS, présentait l'initiative populaire pour un revenu de base inconditionnel : "C'est au moment des crises que la réflexion peut avancer, car tout bouge dans la société, et il faut tenter de changer notre manière de penser et d'agir, selon nos valeurs de gauche."

Deux semaines plus tard, Daniel Süri répondait en considérant cette revendication comme fondamentalement ambigüe. "La difficulté avec cette proposition de revenu découplée du travail salarié, c'est qu'elle se prête à des lectures qui vont des libertariens américains à la gauche "alter". Certains craignent que l'initiative soit utilisée par la droite parlementaire pour démanteler radicalement les assurances sociales.

Commentaires

Le RBI fondamentalement ambigu, pourquoi?

La définition du revenu de base inconditionnel est claire; il doit permettre, comme le dit l'initiative, à l'ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique. Si la dignité exige par exemple pour un invalide d'avoir des aides supplémentaires, il les aura. L'idée est que le RBI vient en tout premier, avant toute autre allocation, salaire, rente ou autre. Il ne dispense pas nécessairement de toute activité rétribuée. Le diable étant comme toujours dans les détails, il s'agira de mesurer la somme allouée correctement (elle doit couvrir les besoins fondamentaux dignement).

Souvenons-nous que l'AVS a été volontairement mesurée trop faible, à l'époque, elle l'est encore aujourd'hui, afin d'obliger les gens à se créer une autre assurance par l'amoncellement d'un capital déposé quelque part. Il ne faudrait pas que le RBI tombe dans le même travers pour satisfaire les adeptes de la « financiarisation ». Le FMI a déjà montré les dents en Namibie, où son intervention a mis fin à l'expérience que vous devez connaître. Il y a une grande opposition de principe au RBI. Une directive européenne exige que les gouvernements transforment peu à peu toutes les aides sociales en fonds « financiarisés », ce qui veut mettre un terme à la solidarité entre générations (comme le système AVS en Suisse). Le RBI est vraiment une impulsion culturelle importante. Il faut absolument qu'un large débat public ait lieu !

 

 

Jean-Marie JENNI

aidez-moi, à communiquer,

aidez-moi, à communiquer, svp

je ne lis pas toujours les codes captcha

et je ne sais plus , maintenant, comment je m'appelles

tellement j'ai perdu mon énergie à m'inscrire

sinon , tant pis !