89 lectures

L'Autriche vote sur le revenu de base

Tous les adultes devraient recevoir 1200 euros inconditionnellement chaque mois. Voilà ce que demande une initiative populaire. Ce qui a échoué en Suisse fonctionnera-t-il en Autriche ?

Source : Österreich stimmt über Grundeinkommen ab – Tagesanzeiger du 19 novembre 2019

monney in hand
Selon l’argumentation officielle du référendum, ce montant devrait permettre à tous les citoyens de « vivre dans la liberté, la dignité et l'autodétermination »

Les Autrichiens doivent voter cette semaine sur la question du revenu de base inconditionnel. Depuis hier, lundi, et jusqu'au 25 novembre, la période d'enregistrement d’un referendum en cours. Les initiateurs exigent que chaque citoyen autrichien âgé de plus de 18 ans reçoive 1200 euros au début de chaque mois.

Le référendum peut être signé en ligne ou dans n'importe quel bureau municipal. S'il est soutenu par au moins 100'000 électeurs, le Parlement devra le traiter. Cependant, un simple débat suffirait et un projet de loi correspondant n'aurait pas à en découler.

Derrière ce référendum autrichien, il n'y a ni partis ni autres grandes organisations, mais un seul initiateur, qui a jusqu'à présent gardé un profil très bas. Son nom : Peter Hofer. Dans le quotidien « Der Standard » , il a déclaré qu'il s'agissait d'une « action spontanée » . A l'origine, il n'avait écrit qu'à une cinquantaine de personnes par courrier électronique pour demander leur soutien et une aide à la diffusion. En fin de compte, le nombre de signatures est passé à près de 15 000. En Autriche, 8401 signatures sont suffisantes pour initier un référendum, ce qui correspond à un pour mille de la population.

Il doit être financé par une taxe sur les transactions financières

Le niveau demandé pour le revenu de base inconditionnel de 1'200 euros est juste au-dessus du seuil de pauvreté calculé pour l'Autriche. Selon l’argumentation officielle du référendum, qui a été publiée sur le site Internet du ministère de l'Intérieur, le paiement devrait permettre à tous les citoyens de « vivre dans la liberté, la dignité et l'autodétermination ». Ainsi, « toute personne a la possibilité, libre de tout souci existentiel, d’entreprendre les actions qu’elle considère comme significative ». (Voir l'interview du philosophe Philip Kovce, connaisseur et défenseur du revenu de base). Chacun aurait un revenu, « même s'il est licencié à cause de l'automatisation et la rationalisation de la production et de l'administration.

En tant que l'un des « pays les plus riches de la planète », l'Autriche pourrait se permettre le revenu de base inconditionnel. Les paiements seraient financés « par une taxe sur les transactions financières s'élevant à 0,94 % de toutes les transactions financières effectuées en Autriche », selon l’argumentation. Cependant les termes du financement restent confus. 

Le site web créé par l'initiateur Hofer parle d'une « contribution de solidarité de 0,94% » au lieu d'une taxe sur les transactions financières. « Tout le monde paie quand il ou elle dépense de l'argent d'une façon ou d'une autre. » Cela signifie que « non seulement le revenu de base inconditionnel peut être facilement financé, mais il reste aussi beaucoup d'argent pour des choses très utiles (éducation, santé, infrastructures, etc.) qui profitent au grand public ».

Seuls 23% des Suisses y étaient favorables

Le revenu de base inconditionnel est discuté depuis longtemps dans le monde entier. Les partisans ne se trouvent pas seulement dans les milieux de gauche, mais parfois aussi parmi les libéraux économiques, qui signalent une possible réduction de la bureaucratie dans le système social et donc un État plus faible. En Italie, le revenu de base inconditionnel a été propagé par le Mouvement Cinq Etoiles. En Finlande et aux Pays-Bas, les premiers essais pratiques ont eu lieu (Voir l'essai pratique en Finlande et pourquoi il a été abandonné / DE – ndr : l'essai avait bien été mené à son terme)

En Suisse, un référendum sur l'introduction d'un revenu de base inconditionnel de Fr. 2'500 a échoué en 2016. Seuls 23% des électeurs ont voté en faveur.

« Si le référendum reçoit un million de déclarations de soutien, je continuerai »

Peter Hofer, auteur de l'initiative populaire

Même en Autriche, le présent référendum n'est pas la première tentative en la matière. Déjà en 2017, une association appelée Génération Grundeinkommen avait été fondée, qui voulait mettre le sujet au centre de l'attention publique. L'objectif était de récolter un demi-million d'euros par crowdfunding pour financer une étude scientifique, organiser un congrès et financer d'autres campagnes. Cependant, l'argent recueilli était loin d'être suffisant.

Le président de l'association, Helmo Pape, considère que le référendum actuel est un « pas dans la bonne direction ». Il a toutefois critiqué le fait que seuls les citoyens autrichiens et non toutes les personnes vivant en Autriche devraient bénéficier du revenu de base inconditionnel. L'initiateur Peter Hofer a souligné que l'initiative a été lancée à l'époque du gouvernement ÖVP-FPÖ.

Commentaires

commenter

Le contenu de ce champ ne sera pas montré publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • HTML tags autorisés: <a> <em> <u> <strong> <cite> <code> <h3> <h4> <h5> <h6> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <p> <br> <style> <img>
  • Vous pouvez ajouter d'autres citations entre les marqueurs [quote=auteur] et [/quote]
CAPTCHA
Cette question est nécessaire pour filtrer les attaques des robots spammeurs.
randomness