Revue médias

Voici notre revue de presse, internet et autres médias sur le thème du Revenu de base. Listes de toutes les parutions en en-tête suivi d'articles plus détaillés sur certaines d'entre elles. Merci d'avance de nous communiquer toute dépêche intéressante manquante.

Emission radio «Babylone» d'Espace 2

Rubrique:

logo RTS 1Emission "Babylone: Un revenu garanti pour tous: la panacée ?", une émission de Laurence Difélix sur Espace 2.

« On a déjà beaucoup de revenu de transfert: le marché de l'emploi occupe 80% et quelques des actifs, mais les actifs sont quelque chose comme 60% de la population. Grosso modo, une personne sur deux ne travaillent pas au sens de l'emploi. Il y effectivement déjà énormément de transfert qui font que le rapport entre le travail et le revenu est en partie distendu, et l'autre aspect (…), la rémunération du travail, en tant que juste rémunération, est pour le moins hasardeuse étant donné que l'utilité sociale notamment n'est pas le critère principal de la rémunération du travail. »

Julien Dubouchet Corthay [+]

Emission radio «Vacarme» de la 1ère

Rubrique:

logo RTS 1Emission "Vacarme" sur le revenu de base, un reportage de Marc Giouse sur la 1ère.

« …

- Quand je pense qu'en tant que citoyenne suisse qui a payé toute sa vie ses impôts, qui a travaillé toute sa vie, qui a payé toutes les assurances sociales, et puis maintenant, je dois aller aux services sociaux et puis pleurer…

- Vous gagnez combien ?

- Fr. 1'800.-. Et puis encore, ces Fr. 1'800.- je dois les justifier de A à Z, je suis contrôlée sans arrêt.

- Mais sur quoi ?

- Mais parce qu'on a peur que je pourrais éventuellement faire un travail à côté et gagner de l'argent.

- Vous êtes suspectée… vous vous sentez suspectée de tricher ?

- Oui, de toute façon !

- Et puis vous savez, quand le soir vous sortez avec des amis qui savent pas que vous êtes aux services sociaux, vous entendez un peu parler les gens: "Oh, c'est tous des profiteurs, c'est tous des parasites"… moi j'me sens visée.

- Ça vous fait mal ?

- Oui, ça me fait mal. je me sens mis de côté de la société et ça, c'est une des choses pire qu'on peut vivre parce que moi, j'ai travaillé, je suis suissesse, donc je vois pas pourquoi, ayant eu mon parcours, maintenant, je devrais me trouver dans cette situation là? Alors que si j'avais un revenu de base, j'aurais une sécurité et je pourrais faire beaucoup, beaucoup de choses.

… »

Interview de Gina par Marc Giouse de la radio RTS la 1ère. [+]

L'initiative sur le RBI sème le désordre sur les fronts politiques habituels.

Rubrique:

La Revue Suisse est une publication destinée aux Suisses de l'étranger. Le journaliste Jürg Müller publie un article fort bien documenté sur le RBI et l'initiative, montrant le choc des arguments, aussi bien parmi les partisans que les opposants.

 

Le peuple votera sur le revenu de base pour tous

Rubrique:

L'Evènement Syndical publie le 14 août un article de Aline Andrey annonçant le dépôt de l'initiative le 4 octobre prochain. La méfiance des syndicat est illustrée en citant J.C. Schwaab :  "Le revenu de base incitera les employeurs à baisser drastiquement les salaires, arguant que le revenu de base est déjà garanti." La réponse des défenseurs du RBI est l'exact contraire :  cela sera plus facile de refuser ou quitter un emploi et de faire pression pour l'augmentation notamment des bas salaires...

 

Interview de Julien Dubouchet Corthay sur Radio Sans Chaîne

Rubrique:

logo radio« L'état de développement de la société et la production est en partie très importante un héritage en terme d'infrastructure, en terme de technologie, de connaissance, de savoir faire… Si on reprenait à zéro, il nous faudrait des siècles et des siècles pour en arriver à nouveau là. Et tout cet héritage, il me semble être commun. Parce que ce n'est pas M. Bertarelli… il a fait fortune, il est sûrement très méritant, et quelqu'un qui a de bonnes intuitions en matière économique, en matière de production, mais il bénéficie de tout un environnement qui lui appartient pas plus à lui qu'à nous. »

« J'ai construit ma conviction profonde, après une adhésion intellectuelle première, dans la pratique des problèmes sociaux »

Interview complet de Julien Dubouchet Corthay de BIEN-Suisse à propos du revenu de base sur Radio Sans Chaîne

Le Courrier annonce les 130'000 signatures récoltées

Rubrique:

"Et si le travail n'était plus la condition sine qua non du revenu ? L'idée choque aussi bien les milieux économiques que les syndicats, mais elle ne peut plus être écartée d'un revers de main."

L'article cite Gabriel Barta, le rapport d'economiesuisse, et Jean-Christophe Schwaab...

  [+]

Augmentation des chômeurs de 32 à 48 millions dans l'OCDE

Logo du Temps

Dans son rapport annuel «Perspectives de l’emploi», publié mardi, l'OCDE nous dit que depuis 2007 jusqu'à aujourd'hui, les pays développés faisant partie de l'organisation ont vu le nombre de chômeurs passer de 32 à 48 millions (soit 16 millions de plus ou encore une augmentation de 50%) !!! [+]

"Il s'agit de vivre, non de survivre!"

Rubrique:

Convaincus par le projet, Serge Margel, philosophe écrivain et chercheur au CNSRS et Karelle Ménine, auteure pluridisciplinaire, échangent leurs perceptions.


Karelle Ménine: Serge, le premier mot sur lequel je m’arrête ici est celui d’initiative. Il est associé à celui de populaire. Il n’est pas rien de voir les journaux titrer: Initiative populaire. Au regard de l’histoire politique européenne, faire que le peuple ait le droit de proposer une initiative n’est pas anodin. La Suisse est en cela unique. Le taux de participation des initiatives populaires indique que le peuple se passionne peu pour ses initiatives. Je n’en crois rien. Il se passionne peu pour la politique politicienne, ce qui est différent. Et c’est une autre question. Si j’entre maintenant dans la votation qui nous interroge ici, je retiens ces mots: revenu – base – inconditionnel. En tant qu’artiste (je prends le mot pour ce qu’il dit d’une fonction et non d’un titre), je ne compte pas mes jours de travail. Je ne réfléchis pas en termes de vacances ou d’heures. Mon engagement est un engagement inconditionnel envers un projet. Celui que j’ai choisi. La question du «de quoi vivre?», nous nous la posons tous. De quoi vivre? ce n’est pas seulement avec quoi. Si je devais facturer mes heures à un employeur, j’atteindrais un salaire mensuel de plus de 10 000 francs suisses. Mais ce n’est pas là mon projet. Travailler – consommer – retraiter – n’est pas mon projet. Mon revenu de base répond à mes besoins de base et je revendique pour toutes et tous le droit d’avoir de quoi réfléchir, rêver, et imaginer sa propre vie. Il ne me semble pas là revendiquer la lune. L’ambition de donner à chacun un revenu de base inconditionnel me semble ainsi être une question d’évidence.


Serge Margel: Le projet qui émerge d’une telle initiative, c’est aussi une question de lucidité, à plus d’un titre et pour plusieurs raisons. A mon sens, il faudrait penser le travail d’une toute autre manière, et le reconsidérer par d’autres moyens que le salaire. [+]

Iran : des versements en liquide à tous les ménages

Rubrique:

Dans le bulletin de BIEN no 5, de février 2011, un article racontait l'institution en Iran d'une mesure qui ressenble à un revenu de base :  le montant ne suffit pas pour vivre, il est versé aux ménages et non aux personnes, mais il est inconditionnel et bénéficie à toute la population.

Au moment de l'élection du nouveau président, un article de Pascal Baeriswyl dans Le Courrier fait le point sur la situation politique de l'Iran avec un spécialiste, Thierry Noville, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques. Le bilan du président Ahmadinejad est très controversé - notamment sur le plan économique. Mais :

"...tout n'est pas à mettre à son passif. La suppression des subventions sur l'énergie qu'il a engagée fin 2010, était une chose que personne n'avait osé faire avant lui. [... ... ...]   les effets se sont révélés gigantesques. D'ailleurs le FMI a applaudi ces réformes, lesquelles n'ont presque pas d'équivalent dans les pays pétroliers.

Reste que sur le plan social, les conséquences sont dures ?

Oui et non, dans le sens où cela a effectivement conduit à une accélération de l'inflation en 2012. D'un autre côté, Ahmadinejad a utilisé les économies réalisées pour faire des versements en liquide à tous les ménages. Pour les riches, c'était peu signifiant, mais pour les plus pauvres, ces versements représentaient pas moins de 15% de leurs revenus annuels. Ces versements ont permis d'atténuer l'impact inflationniste de la hausse des prix. [... ...]"

 

Les militants récoltent des signatures pour une initiative insolite !

Rubrique:

Urs Geiser, journaliste à Swissinfo, a observé avec étonnement et une certaine admiration la récolte de signatures devant les gares de Bâle et de Berne. Il a aussi interrogé des personnes favorables ou opposées à l'initiative.